Ligne Éditoriale

Behind The Society, ce n’est pas juste un média auquel on a donné un nom en anglais parce que c’était plus stylé qu’en français (ce n’est pas que ça du moins).

Behind The Society, c’est une pulsion, un besoin. Ce média, il est né de la nécessité d’avoir un espace safe, un espace où le respect est de mise sans pour autant que la langue de bois ne soit sacrifiée.

Behind The Society, créé par Loïs Hamard & Evann Hislers, est né d’un constat : ils ne trouvaient pas d’espace qui leur paraissait safe, ils ne trouvaient pas de média dans lequel ils envisageaient d’amener leurs luttes & leurs vécus. Ils n’ont pas trouvé chaussure à leur pied, alors ils l’ont créée.

Un média tout autant varié que ses contributeurs.trices

Ce média, Behind The Society, c’est un nom, une idée, un état d’esprit, une volonté commune, mais celle-ci n’est pas cantonnée à un seul format.

La volonté de Behind The Society, c’est de diffuser, de politiser. Pour cela, les contributeurs.trices ont libre choix du support qu’iels souhaitent utiliser : que ce soit par des podcasts, des vidéos, des articles écrits ou bien d’autres formats encore, c’est lae contributeur.trice qui choisit le mode de diffusion qu’iel souhaite utiliser, dans lequel iel se sent à l’aise.

Behind The Society sera présent & fera son possible pour accompagner ses contributeurs.trices dans leur démarche de diffusion quel que soit le support utilisé.

The media of the transparency

Visibiliser, unifier, politiser, rassembler, sensibiliser. Ces verbes pourraient à eux seuls résumer l’idée de Behind The Society. Cette idée selon laquelle nous aimerions être un haut-parleur, un mégaphone qui peut être utilisé pour hurler & faire entendre la parole des oublié.e.s, les mots de celleux à qui on ne donne pas de microphone.

Behind The Society, c’est un média qui est là pour la société, qui existe grâce à elle & qui parle d’elle. En créant ce média de société, cet espace où on parlerai de ce qu’il se passe autour de nous, la volonté est de montrer, d’ouvrir les yeux à notre entourage.

Au cœur des premières préoccupations qui ont motivées la création de ce média se trouvent quelques idées, des points de vies que l’on ne lâchera pas, des existences à défendre.

Behind The Society c’est un média qui est présent pour visibiliser ce qui est rendu invisible.

Behind The Society c’est un média qui existe afin de faire part des actualités du point de vue des oublié.e.s.

Précarité exponentielle, violences sexistes & sexuelles, racisme systémique, transphobie d’État, violences policières, société validiste, système carcéral & judiciaire obsolète, homophobie constante, violences conjugales impunies, politique bafouée, mutilations sur les enfants intersexes, exploitation du peuple ouïghours. Il est temps d’en parler, il est temps de laisser les concerner hurler ce qui est nécessaire, il est temps d’écouter.

L’égalité aussi par l’écriture

L’écriture inclusive, ce fameux sujet de discorde. Entre défenseurs.euses de la langue de Molière qui ne doit surtout pas être abîmée par les caprices de féministes enragé.e.s & la team de ces dites-féministes enragé.e.s qui appellent à l’égalité, à l’inclusion, & cela, dès l’orthographe : la bataille est rude.

Au sein de Behind The Society, le débat ne fait pas rage. Au sein des communications officielles, celles justement faites au nom de Behind The Society comme par exemple les communications sur les réseaux sociaux ou encore les pages de présentation du site Web, l’écriture inclusive est de mise.

Concernant les publications de chacun.e des contributeurs.trices de Behind The Society en son sein, nous laissons le choix individuel à chacun.e d’entre elleux d’utiliser l’écriture inclusive ou non. Ces publications n’étant pas faites au nom de Behind The Society mais bien d’un.e contributeur.trice de Behind The Society.

Cette disposition laissant le choix à chacun.e d’utiliser ou non l’écriture inclusive n’est pas qu’une question d’opinion personnelle. Nous avons conscience que tou.te.s nous ne sommes pas logé.e.s à la même enseigne concernant nos capacités à utiliser l’écriture inclusive, nous refusons par conséquent de mettre en mauvaise posture un.e contributeur.trice ayant des difficultés – quelles qu’elles soient – à l’utiliser.

Finalement, si certain.e.s rencontrent des difficultés d’utilisation mais souhaitent tout de même la mettre en œuvre, la solidarité collective & l’éducation populaire permettra à chacun.e de l’utiliser sans être restreint.e par ses pré-dispositions personnelles.

L’accessibilité n’est pas une option

Dans sa démarche de visibilité donnée à des sujets qui peuvent être plutôt délaissés par les médias traditionnels, Behind The Society ne peut s’empêcher de poursuivre cette lignée dans ses actes, au-delà des paroles & des revendications.

Afin de ne pas écarter d’office des utilisateurs.trices de notre média, Behind The Society défend une politique d’accessibilité.

Pour cela, la volonté est de rendre accessible les contenus audios – podcasts & vidéos par exemple – grâce à des sous-titres édités & disponibles dès la diffusion du sujet. Il n’est pas question, que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur les canaux de diffusion de nos sujets, que l’audisme ait sa place.

En ce qui concerne la facilité de lecture, des descriptions d’images pourront être réalisés par les contributeurs.trices afin de rendre plus aisée l’interprétation de l’illustration. Sur les réseaux sociaux comme Instagram par exemple, l’inclusion d’un texte alternatif est de rigueur afin de décrire l’image postée.

Étant conscient.e.s des dispositions de chacun.e à pouvoir inclure des sous-titres ou encore une description de chaque image, c’est via un réseau de solidarité, de cohésion & de travail d’équipe au sein de Behind The Society que nous mettons en place l’accessibilité de notre média.