Catégories
Aux urnes citoyen.ne.s L'île de Lille

À Lille, ambiance festive dans le cortège du premier mai

À l’occasion de la fête du travail, jour commémoratif des luttes pour les droits des travailleurs et des travailleuses, plus de 2000 personnes se sont retrouvé.es ce matin à porte des postes, bravant l’absence de transports en commun. Le cortège rassemblant syndicats, partis politiques et travailleureuses a ensuite prit le chemin de Wazemmes accompagné tout en musique, discours et slogan.

C’était le rendez-vous incontournable de l’après-présidentielle, les Lillois.es sont très clair.es : la lutte continue. Pour l’Union Populaire, la manifestation prend la couleur du « troisième tour » tant attendu : les élections législatives qui auront lieu en juin prochain. « Puisque en plus ça rime, mettons Mélenchon à Matignon » scande Ugo Bernalicis, député LFI du Nord. À ses côtés, Adrien Quatennens avec qui il a mené la manifestation de l’Union Populaire. Les deux députés n’ont pas manqué d’exprimer leur désaccord avec le président fraîchement réélu, Emmanuel Macron.

Pour nous, la retraite, c’est toujours à 60 ans !

Adrien Quatennens, député France Insoumise de la première circonscription du Nord.
Adrien Quatennens ©Alice Gosselin

L’âge du départ à la retraite reste la principale revendication clamée par les manifestant.es, au même titre que l’augmentation des salaires.

La manifestation s’est déroulée à grand renfort de slogans, mais toujours dans le calme. En s’y promenant un peu, on croise toutes les générations, celleux qui sont déjà à la retraite n’hésitent pas à descendre dans la rue pour soutenir la jeunesse, qui elle aussi a largement mobilisé grâce aux syndicats étudiants comme la FSE et l’UNEF et les partis politiques, le NPA et la JC. Enfants, parents et manifestant.es ont aussi pu profiter de l’Internationale reprise par la fanfare « La brigade des tubes ».

La brigade des tubes ©Anaëlle Charlier

La manifestation s’est finalement dispersée dans le calme à Wazemmes. Contrairement à sa cousine parisienne, elle n’a pas été perturbée par l’intervention de casseurs ni d’altercation avec la police.

Catégories
L'île de Lille

Grève pour l’augmentation des salaires: ras-le-bol social !

Au départ de porte de paris, la manifestation se déroule sans grabuge, le dispositif policier mobilisé est léger et ne tente pas de provocations envers les manifestants, encadrant simplement le cortège à l’avant et à l’arrière avec l’aide des agents de la ville.

Sur les banderoles brandies par les manifestants, on reconnaît de nombreux logos souvent présents dans ce type de revendications : CGT, Solidaires 59, CSP 59, UNEF ou encore FSE. Les slogans scandés sont de même les habituelles revendications appelant à la démission d’Emmanuel Macron ou à l’abolition du système capitaliste : simples mais efficaces.

En pleine période de campagne présidentielle, il n’est également pas étonnant d’apercevoir les banderoles du PCF, des Écologistes, ou encore de la France Insoumise : Adrien Quatennens, député de la 1ère circonscription du nord et coordinateur national de la FI était notamment présent avec ces derniers pour porter leurs revendications.

Catégories
À votre santé ! L'île de Lille

Maternité Jeanne de Flandres : un groupe de parole pour parler du déni de grossesse

Une rencontre entre le Pr Subtil, exerçant au CHRU de Lille, et Charlotte Lefebvre a suffi pour donner naissance au premier groupe de parole de France destiné exclusivement aux personnes ayant vécu un déni de grossesse. Tous deux invités par France Télévision pour participer à un débat au sujet du déni de grossesse, ils en profitent pour échanger hors caméra, et l’idée émerge alors. Ensuite, le docteur Catharina Schoemaker s’est ajoutée au projet.

L’objectif de la création de ce groupe de parole est tout d’abord de permettre un échange d’expériences avec des récits tous très différents les uns des autres. Encadrées par des professionnels de santé, c’est également l’occasion pour elles d’obtenir des réponses à des questions plus précises et techniques. Les séances mensuelles sont divisées en plusieurs temps, afin que toutes se sentent le plus à l’aise possible. Ainsi, après quinze minutes d’échange libre, les médecins ferment la porte pour protéger l’intimité des femmes présentes et qui souhaitent se confier sur une expérience plus ou moins difficile. “On avait vraiment à cœur de créer un lieu cocooning et respectueux de ces mamans”, confie le Dr Schoemaker.

Le maître-mot : bienveillance

En effet, selon elle, cette grossesse que l’on doit qualifier de “non consciente” entraîne une période de véritable sidération psychique chez les femmes, qu’elles aient décidé de garder leur bébé ou bien de le laisser à l’adoption. Un choc qui doit être écouté et partagé avec bienveillance, afin que ces personnes retrouvent confiance et bien-être en famille.

Une bienveillance guidant les médecins de la maternité Jeanne de Flandre qui proposait, déjà avant la création du groupe, de prolonger le séjour à l’hôpital en fonction des besoins de chacune. Ils prennent également de leurs nouvelles, s’enquérant de la réaction de la famille proche, qui peut accepter difficilement un tel évènement. Un accompagnement qui “facilite la rencontre avec bébé et met en place les interactions avec lui, plus vite et sereinement”, souligne le docteur. 

“On se rend compte qu’on n’est pas toute seule”

Malgré de nombreuses études, le déni de grossesse, ou trouble de la gestation psychique, n’est pas anticipable et peut arriver à n’importe qui. Ce déni dépend donc du contexte de vie à un instant T. Le corps prend en charge son bébé via le placenta, mais aucune représentation mentale de la grossesse à venir n’est perçue. “Comme si le psychisme inconscient était en conflit avec quelque chose” et qu’il « protégeait la grossesse », explique Catharina Schoemaker.

En parler à l’enfant ou passer sous silence ?

Cette question est symptomatique d’un tabou qui persiste encore aujourd’hui. Certains adultes nés des suites d’un déni de grossesse ont connu une enfance pénible, soit vécue dans l’ignorance des circonstances de leur naissance, ou bien dans le rejet des autres qui ne les croyaient pas. Ces autres font plus que remettre en cause la parole des parents et des enfants :  ils les jugent car ils sont méfiants et connaissent très mal le sujet. Heureusement, ce tabou tend à s’effacer progressivement, dans une société de plus en plus sensibilisée à ce sujet, notamment grâce à une meilleure formation des étudiants en médecine et à des initiatives comme celle des médecins de la maternité de Jeanne de Flandres, et de Charlotte Lefebvre.

Le groupe de parole, qui prend place tous les premiers mercredis du mois, de 16h30 à 18h, est encore à ses débuts. Les docteurs songent dors et déjà à faire évoluer son organisation afin de répondre aux besoins de chacun, en proposant des séances en visioconférence, puis pourquoi pas, ouvrir l’échange aux pères, mais aussi aux adultes nés d’un déni de grossesse.

Catégories
Féministes tant qu'il le faudra L'île de Lille

Marche féministe du 12 mars : ambiance festive et modérée

La manifestation, au départ de la place de la République, remonte le boulevard Gambetta avant de s’engager sur la rue Colbert et redescendre sur le boulevard Vauban. Après avoir longé la rue Solférino, le cortège retourne à place de la république, rejoignant au niveau de Sébastopol le cortège « Look Up »: la manif pour le climat qui se tenait le même après-midi.

Contrairement à la marche nocturne du 8 mars, cette manifestation affiche un aspect moins radical : peu ou pas de slogan fort, un cortège bon enfant, plus festif que revendicatif (à l’image de la pride de Paris organisée par l’inter) et en somme assez peu d’intersectionnalité.

En effet, malgré la présence de quelques drapeaux LGBTQ et pancartes au tons plus radicaux et queer/pro-TDS, la manifestation affiche clairement une dimension très cis-hétéro centrée, avec des pancartes centrées sur la vulve/le clitoris et d’autres ouvertement putophobes.

A l’arrivée sur Sébastopol, le cortège rencontre celui de la marche pour le climat, rencontre bien sur prévue à l’avance. Si aucun conflit réel n’est a regretter, et que les prises de paroles à ce moment la arbore une dimension plus convergente, quelques disputes et éclats de violences, on cependant lieux entre des manifestant.e.s de la marche féministe et un groupe de gilets jaunes présents dans la manif « Look Up », ces dernier leur reprochant de ne pas participer aux « vrais luttes »…

Les deux cortèges réunis arrivent finalement à république quelques minutes après leur départ de Sébastopol, le rassemblement se dissipe rapidement et sans violence, à l’image de la manifestation dans son ensemble : calme et sans remous.

Catégories
L'île de Lille Suscitons l'espoir, pas le racisme

Vérité pour Toufik, à bas le mensonge policier

Dans l’après-midi du samedi 26 février, 200 personnes se sont réunies à la sortie du métro Wazemmes. Le mot d’ordre : “Vérité pour Toufik !” C’était un jeune homme de 23 ans, originaire d’Algérie & vivant à Lille, démuni de papiers & de logement. Le 23 août 2020, au commissariat de Wazemmes, Toufik meurt soudainement. Depuis 18 mois, sa famille est sans nouvelle des circonstances de sa mort. Retour sur un rassemblement pacifique qui quémande la vérité.

Toufik, on n’oublie pas, on pardonne pas

Slogan scandé lors de la manifestation

Notamment lancée par le collectif Justice & Vérité pour Toufik & le comité des Sans Papiers 59, la manifestation de ce samedi a prit naissance à la sortie du métro Wazemmes, à 15 heures. Petit à petit, les manifestant.e.s se regroupent & se lancent dans le parcours de la manifestation vers 15h30, à travers les quartiers Wazemmes, Gambetta & Sébastopol.

En tête de cortège, une banderole blanche & des portraits de Toufik mènent la marche & scandent les slogans avec émotion. “Mensonge policier, on veut la vérité”, “pas de justice, pas de paix” ou encore “à bas l’Etat, les flics & les frontières” raisonnent dans les rues lilloises. Tout au long du parcours, plusieurs individus distribuent aux passant.e.s des tracts explicatifs. Le but ?  Sensibiliser les lillois.e.s à l’affaire Toufik, pour honorer sa mémoire & obtenir la vérité.

Dossier vide, où est l’IGPN ?

Pour comprendre l’origine du rassemblement de ce samedi, il faut remonter à la nuit du 22 au 23 août 2020, il y a dix-huit mois. Ce soir-là, Toufik est en garde à vue au commissariat de Wazemmes. Il y décédera quelques heures plus tard.

Informée du décès, la famille n’est pas pour autant au courant des causes & des circonstances de sa mort. Après le dépôt d’une plainte & avec l’aide d’un avocat, les découvertes s’enchaînent. L’IGPN, autrement appelée la police des polices, a réalisé une enquête sur le décès de Toufik. Cependant, dans le dossier de cette enquête, il n’y aucune vidéo issue de la garde à vue ni aucune audition des policiers, que ce soit ceux à l’origine de l’arrestation de Toufik ou ceux qui étaient présents pendant sa garde à vue. Quant à l’expertise médicale, il n’y a pas non plus d’audition du médecin de permanence ou encore de compte-rendu expliquant les circonstances de sa mort.

La police assassine, la justice s’incline.

Slogan scandé lors de la manifestation.

Ce manque cruel de preuves, d’investigations & d’éléments permettant de comprendre comment un jeune homme de 23 ans a pu décéder en garde à vue sans que cela ne fasse bouger qui que ce soit pose bien des questions. Le collectif Justice & Vérité pour Toufik généralise le problème : ce qu’il s’est passé n’est pas un événement isolé. A leurs yeux, cela “met en évidence la violence infligée lors des gardes à vues en France.” Combiné à cela, il semblerait que les institutions ayant autorité auprès des organisations policières ne répondent pas à l’appel de la protection des citoyen.ne.s. C’est en tous les cas ce que dénoncent les comités à la recherche de la vérité pour Toufik : “l’IGPN s’est montrée plus soucieuse de protéger les policiers que de rendre compte de la vérité.” Le parfum d’un certain degré de complicité grâce à une enquête bâclée prône donc au-dessus de cette affaire. 

Toute personne en garde à vue est potentiellement en danger.

Propos présents dans le trac information « Vérité pour Toufik »

Une famille sans réponses

Accompagnés par un avocat, les proches de Toufik ne cessent de faire de leur possible pour obtenir la vérité. Après avoir découvert le néant que représentait l’enquête de l’IGPN, la famille souhaite désormais un accès total aux vidéos mais aussi des auditions sérieusement menées de “tous les policiers ayant joué un rôle dans le drame qui a conduit à la mort de Toufik.” Avec cela, le comité Justice & Vérité pour Toufik rejoint la famille pour demander une enquête complète cette fois-ci, & “non à la décharge de la police.

Article de Loïs Hamard

Photos de Alice Gosselin

Catégories
L'île de Lille Out of the closet

La construction de l’homophobie masculine dans les Hauts-de-France

Les différents stands des Pridays dans la salle du Gymnase à Lille.


Ce samedi 12 février 2022, le ciel ensoleillé de Lille est traversé par un arc-en-ciel en l’honneur des Pridays. En partenariat avec l’association Fiertés Lille Pride, la ville a organisé une journée des cultures LGBTI+ afin de partager l’histoire et les cultures de ces communautés, de sensibiliser et de lutter davantage contre les LGBTphobies. Pour cela, rien de mieux que de s’instruire sur les différents mécanismes qui ont donné naissance aux différentes discriminations. Les conférences de l’historien Sébastien Landrieux et du doctorant en géographie, Théophile Plouvier, nous explique justement la naissance de l’homophobie masculine dans le Nord d’hier à aujourd’hui.

Documentation présente lors de la journée des Pridays

Alors que les travaux sur l’homophobie se sont toujours intéressés qu’à Paris, voici la première thèse sur l’homophobie dans le Nord. La thèse de Sébastien Landrieux s’appuie sur un travail d’archives publiques et s’inscrit donc dans le temps puisqu’il étudie l’homophobie masculine de 1891 à 1986. Il remarque que l’homophobie est liée à plusieurs processus de répression.

  • Les lois en France

Pour commencer, S. Landrieux précise qu’au 19ème siècle, l’homosexualité est jugée comme une pratique gênante qui est interdite par la société. L’État, à cette époque, n’est pas protecteur, ce qui fait que les homosexuels vivent dans la peur du scandale, de la révélation et qu’ils construisent leurs vies en marge de la société. Par rapport aux différentes lois qui vont suivre, les hommes homosexuels ne rentrent pas dans la moralité bienséante et leurs droits ne se verront pas accordés de la même façon qu’aux personnes hétérosexuelles. Par exemple, un homme homosexuel peut se faire licencier sans préavis si son patron apprend qu’il est homosexuel. Il peut également se faire virer de son logement par son propriétaire si celui-ci apprend son orientation sexuelle. Ces modes d’action seront abolis par la loi qu’en 1986 et en 1981.

Ensuite, le conférencier explique que des lois ont favorisé à tisser un lien entre la prostitution et l’homosexualité en les mettant au même rang. Tout d’abord, la loi dictée en 1917 qui vise les individus de « mœurs spéciales » soient les homosexuels et les « femmes de mauvaise vie », les prostituées, à être limité à un débit de boisson spécial. Ensuite, la loi « Marthe Richard » votée en 1946 qui vise à fermer les maisons closes du pays et à renforcer la lutte contre le proxénétisme renforce cette idée puisque des hommes homosexuels se prostituaient également dans ces maisons closes.

Sébastien Landrieux ajoute deux lois également qui ont fait, dans la société de l’époque, un lien entre l’homosexualité et la pédocriminalité. Tout d’abord, celle de 1942 sur la majorité sexuelle qui fixe celle-ci à 15 ans pour les actes hétérosexuels et à 21 ans pour les actes homosexuels, discriminant de facto l’homosexualité. Cette période de l’histoire sous le régime de Vichy contribue à l’accroissement de l’homophobie qui se traduit par une violence exercée par toute la société au quotidien sur les homosexuels. Ensuite, la loi de 1945 qui dit que: « Sera puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 60 FF à 15000 FF quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe mineur de vingt et un ans ». La politique de l’après-guerre ne s’est donc pas caractérisée par une approche plus conforme au respect des droits de l’homme, pourtant fortement réaffirmés dans la constitution de 1946.

Enfin, dans sa thèse, Sébastien Landrieux s’arrête à l’amendement Mirguet de 1960 qui classe l’homosexualité comme « fléau social ».

  • Lille : épicentre de la vie homosexuelle et de la répression
Couverture du livret de présentation des Pridays 2022

Comme autres moyens de coercition, il y a la police et les médias. Dans l’histoire de l’homosexualité à Lille, il y a plusieurs périodes de grande répression notamment en période pré-électorale. Entre les deux guerres, le chercheur remarque une accentuation de cette répression qu’il explique par une plus grande visibilité de la communauté homosexuelle et par le fait que le Nord ait été touché frontalement et directement par la guerre. Cela a provoqué une hausse d’enfants orphelins qui se prostituaient envers d’autres hommes pour gagner le sous. Mais c’est particulièrement après la seconde guerre mondiale, dans les années 1946-1948, qu’il y avait au moins une arrestation tous les trois jours.

Sébastien Landrieux nous fait remarquer que les pénalités dépendent du territoire où l’homme homosexuel se fait arrêter car il y a dans tous les cas une prégnance de la part du juge et du procureur. Les peines dépendent également de l’homme arrêté, de son statut social ou encore de sa couleur de peau. Comme exemple, il nous dit qu’un homme blanc, marié, avec des enfants, catholique et bourgeois sera forcément davantage épargné par la justice qu’un homme racisé, d’origine étrangère et de religion différente. Pour finir, il nous fait remarquer que « l’homosexuel c’est l’Autre ». Il y a dans cette réflexion, une sorte d’ethnocentrisme qui nous fait penser que si l’on vient d’une classe populaire, alors l’homosexuel sera le bourgeois oisif qui n’a rien à faire de ses journées à part s’amuser. Si l’on vient d’une classe bourgeoise, on pensera que l’homosexualité n’est qu’un « délire » de la classe populaire.

Le chercheur s’intéresse également aux insultes proférées à l’encontre des forces de l’ordre. Il remarque qu’entre les deux guerres apparaissent les insultes dégenrées comme « salope » ou encore « lopette », et que ce n’est qu’à partir des années 60 que l’insulte « pédé » s’inscrit dans ces interactions. Aujourd’hui, ces insultes homophobes ont été pour la plupart réapproprié par la communauté homosexuelle afin de retourner les stigmates qu’on leur impose et d’en faire une force.

Quant à la question des médias, ils sont représentés à l’époque comme le relais politique de l’action policière. Ils jouent totalement le jeu de l’oppresseur en affichant directement dans le journal le nom et parfois même le portrait des hommes inculpés. Il y a une totale absence du respect de la présomption d’innocence. Ce qui peut paraître surprenant, c’est qu’auparavant plus l’organe de presse est à gauche, plus il se doit de trouver de nouveaux lecteurs et donc d’être racoleur en exprimant ces faits-divers. Contrairement, à la presse de droite, qui souvent était associée au catholicisme et qui se devait de ne pas diffuser ce genre d’affaires pour préserver la famille et les enfants des actes convenus comme « contre-natures » par la religion.

  • Les théories psychanalytiques de l’homosexualité

Alors que l’homosexualité était d’abord diagnostiquée comme une pathologie, au 20ème siècle, deux théories émergent de la part des psychiatres. Celle du pervers, qui fait voir l’homme homosexuel comme un hétérosexuel blasé de ses expériences avec les femmes et qui tente avec les hommes, et celle de l’inverti au sens génital, soit l’idée qu’il serait une femme dans un corps d’homme et inversement. Comme ces théories ne sont pas démontrées, les docteurs pensent alors que l’homosexualité est une névrose ou une psychose. Dès 1940, les hommes homosexuels sont donc orientés vers la psychanalyse et la médecine de ville. Cette dernière propose deux médicaments pour « soigner » l’homosexualité. Certaines injectent de la testostérone pour viriliser et hétérosexualiser l’individus et d’autres donnent du Gardenal, qui est un médicament de traitement contre la dépression. Effectivement, le corps médical pensait qu’on était dépressif parce qu’on était homosexuel et donc qu’il fallait guérir de cela. D’ailleurs, L’Organisme Mondial de la Santé ne supprimera l’homosexualité de la liste des maladies mentales que le 17 mai 1993, date qui sera retenue pour la commémoration de la journée internationale contre l’homophobie.

En abordant la thèse de Théophile Louvier, complémentaire de celle abordée précédemment, on se rend à l’évidence que l’homophobie n’est pas monolithique. Alors que son approche repose sur les travaux d’Eric Fassin, sociologue français spécialisé sur les questions de genre et de race, ce doctorant distingue plusieurs homophobies. Tout d’abord, celle qui est attribuée au sexisme, qui est le fait de ne pas correspondre aux normes genrées imposées par la société et qui donne lieu aux insultes comme « enculé » ou encore « pédé ». Ensuite, l’homophobie différencialiste qui est de considérer l’homosexualité comme différente de l’hétérosexualité en n’accordant pas les mêmes droits aux individus homosexuels qu’hétérosexuels. Comme exemple, la Manif pour tous est le principal collectif d’associations en opposition à la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe (dit « mariage pour tous ») en France. Enfin, l’homophobie assimilationniste qui fait que l’on accepte l’homosexualité que s’il y a des similarités avec la vie de personnes hétérosexuelles comme le couple monogame, l’importance de la vie de famille …

  • La gestion du risque
Graphique issu du rapport sur les LGBTphobies 2021 réalisé par l’association SOShomophobie

Même si de nos jours, on ne condamne plus l’homosexualité mais l’homophobie en France, seulement 5 à 20 % des agressions donnent lieu à un dépôt de plainte. La présence d’homophobie va conduire à une crainte, une peur qui va faire qu’un homme homosexuel va vouloir avoir un contrôle permanent sur ses pratiques spatiales. Effectivement, les risques d’homophobie vont agir sur la fréquentation des lieux de l’individu, sur son comportement (avec qui parler de sa vie privée ?) et sur son apparence (ne pas paraître « gay » ou « efféminé » dans la rue par exemple). Le travail de thèse Théophile Louvier porte justement là-dessus, c’est-à-dire sur la corrélation entre le vécu de l’homophobie, la représentation de l’homophobie et sur la gestion du risque.

L’enquête de Théophile Louvier est encore en cours. Si vous voulez répondre au questionnaire, le lien est juste ici. Également, si vous connaissez des hommes homosexuels qui auraient vécu à Lille au siècle dernier, vous pouvez contacter Sébastien Landrieux à l’adresse mail suivante : sébastien.landrieux.etu@univ-lille.fr

Catégories
Aux urnes citoyen.ne.s L'île de Lille

Manifestation anti-Zemmour à Lille, entre échauffourées et esprit de rassemblement.

Entre 1100 et 2000 manifestant.e.s réuni.e.s à Lille ce samedis 5 février.

Ce samedi 5 février, en marge du meeting du candidat de Reconquête avait lieu deux manifestations, à l’appel de bons nombres de syndicats et partis politiques. Après une première manifestation ayant eu lieu dans la matinée, à laquelle a d’ailleurs participé la mairesse de Lille, Martine Aubry, une seconde manifestation, rassemblant 1100 personnes selon la préfecture et 2000 selon la CGT, a eu lieu en début d’après-midi. Malgré les tensions entre les forces de l’ordre et les premières lignes de manifestant.e.s qui ont émaillé les trois heures de manifestation, l’appel a su rassembler, au-delà des considérations partisanes.

Un manifestant, boulevard Victor Hugo.

« Faire comprendre à Zemmour qu’il n’est pas le bienvenus ici, ni partout ailleurs »

– Aymeric, 21 ans.

Iels sont jeunes, moins jeunes, sont venu.e.s seul.e.s, entre ami.e.s ou en famille au départ du rassemblement anti-Zemmour à la porte de Paris. C’est au sein d’un important dispositif policier que commence à s’assembler un public hétéroclite, on peut voir pêlemêle des membres des Jeunesses Communiste (JC), des Jeunes Verts, des syndicalistes de l’Union National des Etudiants Français (UNEF), mais aussi et surtout un public apartisan, déterminé à faire entendre sa voix. Dans ce cortège multiculturel, on retrouve Anne, une mère de famille de 55 ans accompagnée de son fils, qui nous explique pourquoi elle est venue à cette manifestation : « Je ne partage pas la vision faussée qu’il [Éric Zemmour] a de l’histoire […] c’est surtout un sexiste en puissance ». On trouve également de nombreux.euses jeunes, comme Elise 18 ans, désireuse de « Lutter contre des idées d’extrême-droite incarnée par qu’elles viennent d’Eric Zemmour, mais aussi des autres politiques, comme Marine Lepen. ».

Début du rassemblement, Porte de Paris à Lille.

Les premières lignes de la manifestation ont été sujettes à beaucoup de tensions. Depuis le début du rassemblement à porte de Paris, jusqu’à quelques centaines de mètres avant la fin de la manifestation place de la République. A plusieurs reprises, des affrontements entre manifestant.e.s vêtu.e.s de noirs et forces de l’ordre ont ralenti le parcours du cortège. D’un côté on a pu voir des jets de patate et autre denrées alimentaires, avec quelques fois l’utilisation de pétards et de feux d’artifices, de l’autre les forces de l’ordre ont fait grand usage de leurs gazs lacrymogènes et de la technique de la « charge éclair » (une avancée rapide et brutale, amenant à un mouvement de foule vers l’arrière du cortège permettant d’isoler des individus pour une interpellation). Malgré ces ralentissements, le cortège n’a pas cessé d’avancer et de lancer avec force des slogans antifascistes adressés à Éric Zemmour.

L’avancée du cortège, boulevard Victor Hugo.

Suite à son arrivée place de la république, la manifestation s’est dispersée dans le calme en laissant à ses participant.e.s un petit gout d’union des gauches autour d’une même cause : dire non aux idées d’extrême droite.

Catégories
Féministes tant qu'il le faudra L'île de Lille

Violences Sexistes & sexuelles : immersion à la conférence d’Oser Dire Non

Le mardi 25 janvier, une conférence contre les Violences Sexistes et Sexuelles a eu lieu dans le Grand Amphithéâtre de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille. Cette conférence, organisée par l’association Oser Dire Non, a permis aux élèves de l’école de pouvoir poser leurs questions à des professionnels et d’en apprendre plus sur ces violences qui parcourent notre société.

Tova Bach, cofondatrice de l’association Oser Dire Non qui a pour but de lutter contre d’informer et de prévenir les violence sexuelles, psychiques et physiques au sein de l’école et même au-delà de ses potes, tente de mettre en place cette conférence depuis maintenant deux ans. Grâce à l’organisation de Clara Lainé et de Tom Soriano, la conférence a enfin pu voir le jour, avec l’intervention de Frédérique Warembourg, psychiatre au CHU de Lille et référente pour les cellules d’urgence médico psychologique CUMP des Hauts de France, Nicolas Gaud, praticien hospitalier, pédopsychiatre, référent de la filière enfants et adolescent au centre régionale au CHRU de Lille, l’intervenante de l’association SOLFA Guillemette Stevens, et pour finir Maître Deborah Diallo, l’avocate au barreau de Strasbourg et lauréate du prix du public du 31ème plaidoirie pour les droits de l’homme avec son thème: “les écorchées vives de la diaspora Africaine”. 

L’objectif principal de la conférence était de sensibiliser les étudiant.e.s aux thématiques des violence sexistes et sexuelles de manière professionnelle et de traiter la question avec des ressources juridiques. 

La conférence commence sur un rappel: 30% des étudiantes scolarisées en 2019-2020 à l’ESJ ont subi des expériences sexistes, ce qui démontre la nécessité d’instaurer des conférences sur le consentement et ce, de manière régulière, afin d’éviter au maximum ce genre de violence au sein de l’école. 

Avant de laisser la parole aux intervenant.es, Clara Lainé raconte une anecdote poignante: hier encore, alors qu’elle devait terminer les derniers préparatifs de la conférence qu’elle co-anime, elle a dû accompagner une amie au commissariat afin de porter plainte après une agression. Elle rappelle ainsi le rôle de l’association Oser Dire Non et la portée de la conférence: montrer que ses violences existent encore et toujours, en particulier dans les milieux étudiants, et qu’il est nécessaire de continuer à en parler et à lutter contre elles. 

Guillemette Stevens est la première à prendre la parole. Intervention de l’association SOLFA (SOLidarité Femmes Accueil), elle commence par faire un parallèle entre les victimes de racisme et les victimes de sexisme. En effet, le sexisme comme le racisme sont des violences systémiques subies au quotidien, et elles ne sont pas toujours identifiables. Ces violences sont insidieuses car elles sont intégrées dans notre quotidien. Le racisme ordinaire se manifeste par des remarques, des regards, pas toujours frontales, tout comme le sexisme.

“Ce ne sont pas des cas isolés, mais un ensemble de choses qui nous ramène incessamment à notre genre, à notre corps de femmes dans la société”, explique-t-elle. 

S’ensuit une définition complexe des Violences Sexistes et Sexuelles, car elles sont multiples, mais elles ont pour point commun de nous rappeler qu’on est un corps de femme dans l’espace public. 

Au niveau juridique, il y a une gradation de ces violences. Aujourd’hui, les insultes sexistes sont désormais interdites dans la rue. 

Pour rappel, il existe différents termes de violences sexistes et sexuelles: 

L’attouchement sexuel est utilisé dans le langage commun. C’est un contact sexuel exercé par une personne sur une autre sur une zone sexuelle.

L’atteinte sexuelle est une notion peu connue du grand public. C’est un délit particulier du code pénal qui concerne les victimes de moins de 15 ans qui ne peuvent pas faire preuve d’un consentement éclairé lors d’une relation sexuelle avec un majeur. 

L’agression sexuelle concerne les agressions commises ave violence, contrainte ou surprise. Le code pénal distingue le viol des autres agressions sexuelles. Une agression sexuelle est passible de 5 ans de prison. Au niveau de la prescription des faits, la durée est très complexe. On encourage souvent les personnes victimes d’agressions sexuelles à aller voir un avocat pour savoir si les faits sont prescrits. 

Le viol est un acte de pénétration sexuelle commis sur la personne d’autrui avec violence contrainte menace ou surprise. La différence avec l’agression sexuelle est la pénétration. C’est un crime puni de 15 ans de réclusion criminelle, sans tenir compte des circonstances aggravantes. 

Pour finir, la tentative de viol est essai mais qui n’est pas parvenu à cause d’un élément indépendant de la volonté de l’agresseur. 

Grâce au mouvement #Metoo, les hommes commencent à comprendre que toutes les femmes ont subi au moins une fois ce genre de violence au cours de la vie. Guillemette Stevens explique que communiquer entre hommes et femmes est important pour une prise de conscience collective. “On a l’impression qu’il y a une mixité, en réalité c’est une juxtaposition. Dès la primaire, on exclut et sépare, il n’y a pas de réelle mixité”, conclut l’intervenante SOLFA. 

De ce fait, retrouver un dialogue entre les sexes est important pour prendre conscience de ces violences et de leur place dans la société.

Après la fin de l’intervention de Guillemette Stevens, c’est au tour de Frédérique Warembourg et de Nicolas Gaud de parler des conséquences psychologiques des agressions sexuelles sur les victimes.

Frédérique Warembourg commence à expliquer ce qu’est un événement traumatogène: c’est un événement violent, soudain, inattendu, qui implique la sensation d’une mort imminente. Sur la question du viol et des agressions sexuelles, le risque de développer un stress post traumatique est très élevé: il y a 65 à 80% de chances de développer un stress post-traumatique suite à une agression sexuelle, dont 30% de risque de faire une tentative de suicide et 24% de chance de conduite à risque liée à une consommation abusive d’alcool. Au niveau clinique, la temporalité est particulière dans le domaine du psycho trauma, ce qui peut donner l’impression que les victimes mentent, ou qu’elles ont réagi de manière rationnelle. 

En effet, pendant une agression, l’organisme répond de manière adaptée à l’événement pour y faire face, prenant des décisions rapides qui permettent d’activer le mode survie et de soustraire au danger. Mais le problème qui se pose lorsque le stress est trop intense, c’est qu’il peut entraîner des réactions inadaptées, telles que la sidération, une agitation incoordonnée, une réaction de fuite panique…et dans le cas des agressions sexuelles, c’est souvent la sidération qui prend le dessus, et qui culpabilise beaucoup les victimes. Lors de la sidération, on se fige au niveau de la pensée et de la motricité. 

Frédérique Warembourg explique que souvent, les victimes se disent qu’elles ne se sont pas défendues, qu’elles n’ont pas dit non, et donc qu’elles sont responsables de ce qui leur est arrivé. 

Se pose alors la question du consentement: “à quel moment peut-on consentir alors qu’on n’a pas osé dire non ?”

Si on n’ose pas dire non, cela veut dire qu’on ressent une pression psychologique qui empêche d’exprimer son désaccord, et donc, qu’on subit. 

La principale idée reçue sur le viol est celle d’une agression par un inconnu dans la rue avec une violence physique associée, mais en réalité, ce type de viol est une minorité. La majorité des viols sont exercés par des personnes connues de la victime, sans violence, avec l’idée que si elle n’a pas bougée, si elle ne s’est pas débattue, alors la victime est consentante. 

Une autre conséquence du stress post-traumatique qui peut donner l’impression que la victime ment est l’amnésie. Cette dernière donne un discours très flou, où la victime ne se souvient pas exactement de ce qu’il s’est passé et combien de temps l’agression a duré. 

La victime peut également être dissociée : elle sait que quelque chose ne va pas, mais est incapable de dire ce qu’elle ressent au moment. Elle raconte les choses de manières factuelles, sans émotions. Dans ce genre de cas, on a souvent la sensation que la personne ment, car on s’attend à quelqu’un qui ressent des émotions, qui est effondré. En réalité, la dissociation est très culpabilisante pour la victime, car il est très difficile après coup de réaliser que l’on n’a pas ressenti d’émotion, et donc si l’on est resté, c’est car on le voulait. 

Pour Frédérique Warembourg, “il faut mettre en parallèle tout cela avec nos propres représentations”. Il est important de s’interroger sur nos propres représentations. 

Par exemple, la question de l’alcool dans la représentation du viol devrait normalement être aggravante pour l’agresseur, mais c’est généralement la victime qu’on pointe du doigt en cas d’agression si elle a bu. 

De ce fait, beaucoup de campagnes de prévention sont culpabilisantes pour les victimes, ce qui intensifient les pensées et émotions post-traumatiques: culpabilité, solitude, tristesse, humiliation, et parfois des cauchemars traumatiques où la victime revient en permanence sur ce qu’elle a vécu.

Frédérique Warembourg finit son intervention sur les diverses réactions sociales face à l’agression sexuelle. Il en existe plusieurs, qui influencent de manière positive ou négative les sentiments de la victime après son agression. Parmi les réactions négatives, il y a le blâme, la stigmatisation, le contrôle (contrôler les décisions des victimes, comme par exemple raconter aux autres personnes raconter l’agression de la victime sans permission), la distraction (“il faut penser à autre chose, passer au-dessus, t’as de la chance d’être vivante”) ou bien avoir des réaction égocentriques (une victime se retrouve à devoir réconforter la personne à qui elle parle). La clinique traumatique est aggravée par un soutien social négatif, c’est pourquoi on essaie de sensibiliser au maximum les gens: il est important de pouvoir connaître au minimum les réactions et sensations des victimes, afin de les faire sentir légitimes et les rassurer. Le risque principal en cas de soutien social négatif est l’aggravation du traumatisme, voire d’envies suicidaires. 

Les réactions sociales négatives les plus fréquentes sont celles qui perpétuent les mythes, comme par exemple de ne pas considérer que c’est une agression sexuelle si il n’y a pas eu de violence, pas d’armes, ou bien si la victime a pris un risque en sortant seule. 

Lorsque les réactions sociales face à l’agression sexuelle sont positives, elles permettent de meilleures prises en charge de la victime, qui a moins de chance de développer des traumatismes. 

Après l’intervention de sa collègue, c’est Nicolas Gaud qui prend la parole afin de parler des conséquences des agressions sexuelles chez les mineures. 

La plupart des idées reçues concernent l’impact des agressions sexuelles sur les enfants, qui serait inexistant car comme l’enfant ne peut verbaliser ce qui lui arrive, cela reviendrait à dire qu’il ne comprendrait pas, donc qu’il n’y aurait pas de conséquence. En réalité, plus un être est jeune, plus il est à risque de développer des conséquences sur son développement

La majorité des cas d’agressions sexuelles sont réalisés par l’entourage proche, souvent par des personnes censées incarner la sécurité physique et psychique. 

De ce fait, l’enfant ne peut pas retrouver une sécurité, car les agressions sont souvent commises par des personnes proches et insoupçonnables. Avec l’idée qu’un enfant ment en permanence, qu’il exagère, les parents ne soustraient pas l’enfant au milieu dangereux car il ne s’en rendent pas compte. Même dans le cadre judiciaire, trop d’enfants ne sont pas protégés par manque de preuve. Les enfants développent donc un impact psychotraumatique et une atteinte globale du développement car ils ne grandissent pas dans un milieu sécurisé. 

Lorsque les agressions se répètent dans le temps, les enfants doivent s’adapter, ce qui porte atteinte à leurs stratégies d’adaptation. Les enfants dissocient encore plus que les adultes lors d’agressions sexuelles, ce qui peut conduire à des comportements à risque: certains ados rentrent dans des conduites prostitutionnelles, recherchent la dissociation, et donc sont enclins à être à nouveau victime d’agressions. 

Les spécificités des conséquences des agressions sexuelles chez l’adolescent sont multiples: conduites agressives, troubles du comportement alimentaire, échec scolaire, symptômes somatiques…

Chez les jeunes, les violences sexuelles au sein du couple sont souvent peu prises au sérieux, même par la victime, qui a du mal à repérer les violences au sein de son couple. Cela s’explique par une difficulté des institutions et de l’entourage adulte à intégrer la notion du couple chez les adolescents, ce qui conduit à décrédibiliser les violences subies. Les premières expériences des adolescents sont fortement liées à leurs représentations familiales: les notions de consentement, de plaisir, de désir dépendent de la vision des parents. Dans les familles où certaines représentations sont présentes (représentations genrées, tendance à ne pas parler des émotions, etc), le risque de banaliser les violences sexistes et sexuelles, et donc d’influencer l’enfant à soi commettre des violences, soit à les subir sans broncher, est très fort. 

La nécessité de libérer la parole et de mettre en confiance les enfants à propos des violences sexistes et sexuelles est donc primordiale afin de les prévenir et de les éviter, ou au moins, de créer un espace de sécurité dans lequel la parole de l’enfant victime est accueillie avec bienveillance. 

Pour finir avec cette conférence, Deborah Diallo, avocate du barreau de Strasbourg, commence avec les différences entre agression sexuelle, viol et tentative de viol, que l’on a déjà défini plus haut dans cet article. Elle revient sur le terme “d’atteinte sexuelle”, qui, selon elle, n’est pas assez protecteur des mineurs. Jusqu’en 2021, ce terme était un terme fourre-tout pour parler des relations sexuelles entre les mineurs de moins de 15 ans et un majeur. On se rend compte que lorsque des parents accusent un majeur de viol sur leurs enfants mais que ces derniers maintiennent qu’ils étaient consentants, on ne considère pas cela comme un viol. Depuis avril 2021, la création de la présomption du non consentement en terme d’âge a été créée: en dessous d’un certain âge (15 ans), l’enfant n’est pas capable de consentir de manière éclairée à une relation sexuelle avec un majeur. De ce fait, lorsqu’un majeur a une relation sexuelle avec un mineur, on a désormais un cas de viol caractérisé. 

Deborah Diallo aborde ensuite l’épineuse question des chiffres: 74% des plaintes pour viol classés sans suite. Malgré tout un discours qui revendique la libération de la parole pour les victimes, quand on dépose plainte, on se rend compte que certaines plaintes ne sont pas acceptables. L’avocat revient sur la difficulté de l’accompagnement des victimes dans la justice et sur la question de la formation des policiers face aux problématiques des violences sexuelles, qui est très peu prise au sérieux et adaptée aux victimes. 

La prise en charge bancale des plaintes des victimes vient d’un problème de moyens dans la justice: s’il y avait plus de magistrats, il y aurait plus d’accompagnement des victimes, qui sauraient alors leurs droits de manières plus précises, comment préparer un faisceau d’indices, etc. 

Pour l’instant, 1% de viols qui aboutissent à une condamnation pour viol, et 90% des viols ne font pas l’objet d’une plainte, ce qui fait que sur 10% des viols, 1% aboutissent à une condamnation pour viol. Comment expliquer ce très faible pourcentage de condamnation pour viol ? Deborah Dialloh explique qu’il y a une très forte tendance à la correctionnalisatio, c’est-à-dire qu’on fait passer le viol pour une agression sexuelle, et donc à une condamnation pour délit. Les cours d’assises (qui traitent donc les crimes tels que le viol) fonctionnent par cession, et donc coûtent très cher. Les dossiers qui arrivent en cours d’assises se finissent souvent par une condamnation, mais cela après de nombreuses années d’attente. De ce fait, les cours d’assises sont assez exceptionnelles, elles coûtent cher car on désigne un jury populaire qu’il faut rémunérer. L’argument du temps et de l’argent prend donc le pas chez les victimes, qui préfèrent alors porter plainte pour agression sexuelle. C’est la solution de facilité: on demande aux victimes si elles sont d’accord pour correctionnaliser l’affaire. Le conflit est alors difficile pour les victimes: elles doivent choisir entre minimiser ce qu’il leur est arrivé, ou batailler pendant des années pour avoir un jugement. De plus, lors du dépôt de plainte, la victime a souvent le sentiment d’être mal accueillie, est frustrée parce qu’elle a l’impression qu’on ne lui pose pas les bonnes questions, et donc qu’elle est incapable de répondre aux questions

Deborah Diallo conclut sur, selon elle, la procédure la plus adaptée après une agression sexuelle: la plainte avec consitutiton de partie civile, c’est-à-dire avec l’aide d’un avocat, avec qui on prendra rendez-vous pour prendre le temps de formaliser les choses, de constituer un dossier avec un faisceau d’indices, bref, une prise en charge que la police n’a pas les moyens ni les formations pour pouvoir garantir un bon accueil des victimes. 

La conférence se termine sur plusieurs questions posées aux intervenants par les élèves de l’ESJ, la conférence se termine. Si beaucoup pensaient que cette dernière ne ferait qu’enfoncer des portes ouvertes sur les questions de consentement, les intervenants ont su sensibiliser de manière bienveillante et efficace les spectateurs, en montrant les dynamiques qui sous-tendent les violences sexistes et sexuelles, en mettant en lumière les diverses réactions que les victimes peuvent avoir et qui ne sont pas toujours comprises par l’entourage, ainsi qu’une sensibilisation aux conséquences post-traumatiques que peuvent avoir les victimes après une agression. 

Un des souhaits principaux d’Oser dire non, l’association féministe de l’ESJ, est que ce genre de conférence sur les thématiques du consentement aient lieu au moins une fois dans l’année, surtout aux débuts, afin de sensibiliser les étudiants de manière efficace et prévenir au maximum les violences sexistes et sexuelles au sein de l’école, mais aussi au-delà de ces portes. 

Catégories
Féministes tant qu'il le faudra L'île de Lille

TDS en danger : retour sur la Journée Mondiale de Lutte

Alors que les fêtes de fin d’année approchent, la lutte pour les droits des Travailleurs.euses Du Sexe ne prend pas de vacances. Retour sur la journée mondiale de lutte du vendredi 17 décembre 2021 & sur le rassemblement organisé à Lille.

Ce vendredi, à 17 heures, une cinquantaine de personnes s’est réunie sur la Place de la République. L’objectif ? Marquer la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux personnes travailleuses du sexe par un rassemblement.

Allié.e.s & travailleurs.euses du sexe, plusieurs interventions ont été écoutées afin de donner la parole aux travailleurs.euses du sexe, anonymes ou non, sur leur vécu & leurs conditions de travail marquées par les obstacles de la putophobie.

Behind The Society vous fait revivre le rassemblement avec un photoreportage à deux appareils photos.

Photos de Loïs Hamard & Alice Gosselin

Texte de Loïs Hamard

Catégories
Féministes tant qu'il le faudra L'île de Lille

Retour sur la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles à Lille

En finir avec les violences sexistes et sexuelles

Les températures avoisinaient le zéro à Lille mais la détermination des manifestant.e.s était brûlante lors de la mobilisation du 27 novembre contre les violences sexistes & sexuelles. Le cortège s’est rassemblé à 14h sur la Grand Place et s’est acheminé dans les rues de la ville jusqu’à la place de la République où un hommage a eu lieu. C’est dans une ambiance musicale, que les voix et les pancartes s’élevaient pour dénoncer les violences faites aux femmes & aux minorités de genre.

On peut lire des messages comme “70% des plaintes classées sans suite”, “Le consentement même pour le gouvernement”, “En crachant sur les victimes vous avez levé une armée”. Quant aux slogans, les centaines de voix présentent clamaient en cœur : “les violeurs au milieu, le patriarcat au feu”, “violeurs, sexistes, on vous voit”, “féminicides : État coupable, justice complice”.

“C’est une cause dont on entend pas assez parler, il faut qu’il y ait plus de monde qui se mobilise pour que cela crée un écho au-delà de la petite manifestation.”

Manifestant.e le 27 novembre 2021 à Lille.

Des messages qui se rejoignent mais qui ne disent pas tous la même chose, cependant, une chose est bien commune à tou.te.s les manifestant.e.s : la colère. Ce sentiment partagé face à l’inaction et même l’implicite complicité du gouvernement face aux violences, face à ces personnes sexisées qui meurent tous les trois jours, face à l’impunité du viol, face au manque de représentation des femmes, des minorités de genre & des personnes non-hétérosexuelles, face à la non reconnaissance de toutes les femmes et de toutes les minorités de genre. 

Se réapproprier l’espace public

Afin de mieux sonder les motivations, les volontés et les impressions des manifestant.e.s, pour BTS nous sommes allées les interroger sur les causes de leur présence. Être dans la rue, prendre de la place, crier des slogans féministes, se confronter aux policiers, c’est déjà un acte politique. Face à la sous représentation des femmes et des minorités de genre partout ailleurs, la rue reste un endroit majeur de lutte. 

“Pour me réapproprier l’espace public parce qu’il appartient qu’aux hommes cis, notamment hétéros et c’est aussi pour revendiquer la présence des personnes non binaires dans la culture qui sont invisibilisées comme toutes les minorités de genre”. 

Manifestant.e le 27 novembre 2021 à Lille

Rappeler l’importance de la cause

Cette manifestation est aussi pour beaucoup une piqûre de rappel.  « Les féministes français.e.s ont bien de la chance, elles ne devraient pas se plaindre, c’est quand même bien pire en Afghanistan ou au Mexique. » Tant de remarques que l’on peut entendre dans nos familles, dans nos cercles d’amis, dans les médias. Alors venir manifester c’est aussi rappeler que la situation des féminicides en France est inquiétante, c’est rappeler également que les violeurs restent très majoritairement impunis. 

“De montrer qu’il y a toujours des violences sexuelles et sexistes partout, être dans la rue ça permet de le rappeler”

Manifestant.e le 27 novembre 2021 à Lille.

“Il y en a ras le bol qu’on en soit encore là aujourd’hui”

Un ras le bol général

Les manifestant.es partageaient la même colère face à l’inaction et même le mépris de cette cause qui a encore trop peu de résonance à grande échelle et que l’État laisse aux mains des associations et collectifs. 

“C’est une cause qui est encore trop mise de côté. C’est important car si on est pas égaux.alles entre nous on pourra pas se pencher sur d’autres combats”

Manifestant.e le 27 novembre 2021 à Lille.

Vers un changement de mentalité

Le rassemblement Place de la République laissait paraître une grande solidarité, un souhait de montrer son soutien à celleux qui ne sont plus là, celleux qui luttent chaque jour, celleux qu’on n’écoute pas. 

“Pour montrer que les femmes* sont pas toutes seules dans leur galère”

Manifestant.e le 27 novembre 2021 à Lille.

Un tel changement de mentalité dans notre société suggère une prise de conscience de la part des hommes cis hétéros, parce qu’on ne pourra jamais avancer si ceux qui ont le plus gros rôle à jouer restent les complices des violences. 

“La mission des hommes cis, hétéros et blancs c’est de transmettre et propager la lutte auprès des autres hommes. La parole des femmes n’est jamais entendue par les hommes. C’est donc aux hommes de convaincre les autres hommes de changer”.

Photo de couverture par Alice Gosselin

Photo-reportage par Clémentine Gaultier & Naëlle Oboeuf

Article de Léa Le Demnat