Catégories
Enfants d'aujourd'hui, adultes de demain Podcasts

[Critique] La vraie famille : les familles d’accueils au cinéma

Jingle d’introduction

Vous évitez le moindre coup de fil de votre tante qui raconte ses déboirs amoureux ? Vous vous remettez encore du dernier repas de famille barbant chez mamie & papi ? Ou alors vous subissez quotidiennement les blagues bœufs de tonton raciste sur le groupe Whatsapp de la famille ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seul.e.s à vous plaindre de votre famille. Cette famille biologique que vous n’avez pas choisi. Vous êtes né.e.s dedans & puis c’est tout. Être né.e dans un environnement familial stable avec des bases sociales, émotionnelles & financières n’est pas le cas de tout le monde. Dans ce podcast, il est justement question de ces enfants au parcours de vie chaotique avant même de savoir parler ou marcher. Après avoir parlé des enfants placés dans des foyers de l’Aide Sociale à l’Enfance dans mon dernier podcast publié le 12 janvier 2022, il est temps pour moi d’aborder la vie des enfants placés dans des familles d’accueil. 

Critique : La vraie famille, les familles d’accueil au cinéma : un podcast animé & réalisé par Loïs Hamard.

Transition sonore

Mon introduction vous a peut-être fait sourire par sa vérité générale, mais elle n’en dit pas énormément sur le film dont je vais vous parler aujourd’hui. Rentrons dans le vif du sujet : en novembre dernier, au Arras Film Festival, j’ai pu profiter d’une projection presse qui a tiré des larmes à plus d’un journaliste présent dans la salle. La vraie famille, un film de Fabien Gorgeart. Avant de vous mettre les larmes aux yeux, encore faudrait-il savoir de quoi on va parler.

Écoutons dès à présent la bande annonce, par la distribution Le pacte.

Bande-annonce

Après vous avoir mis l’eau à la bouche avant les larmes aux yeux, vous avez donc compris que ce film suit Simon, un petit garçon placé. Non pas dans un foyer, mais dans une famille d’accueil. Autrement appelées assistants familiaux, la famille d’accueil de Simon est une famille traditionnelle vue de l’extérieur : une maman, un papa, deux adorables frères & soeurs à qui s’ajoute Simon, un presque frère.

A l’œuvre dans ce mélodrame familial de ce début d’année 2022, on retrouve Mélanie Thierry qui incarne avec justesse & sensibilité, Anna, l’assistante familiale, comprenez “la maman de coeur” de Simon. A ses côtés, Lyes Salem dans le rôle de Brice, son compagnon & père de leurs deux enfants. & d’un tout autre côté, Félix Moati qui endosse le rôle de Eddy, le père biologique de Simon, un homme brisé par la mort de sa femme. Avec un tel casting, Fabien Gorgeart réalise son deuxième long-métrage.

Veillez cependant à ne pas retenir que les têtes d’affiches de ce film : l’important est de se concentrer sur son histoire, sur ce qu’il raconte & l’univers bien réel qu’il nous fait découvrir. 

Cinq ans auparavant, Simon arrive dans la famille d’Anna : le monde de l’enfance est bien différent du monde du travail, il n’y a là aucune durée déterminée à son placement. Pendant ces années, des liens se créent, une vie de famille se construit, parsemée des rendez-vous chez l’Aide Sociale à l’Enfance & des permanences de journée entre père & fils biologiques. Ce petit équilibre est chamboulé durant un de ces rendez-vous où Eddy fait part d’une envie inattendue : il veut récupérer son fils. A partir de là commence une levée de boucliers : comment un petit garçon toujours habitué à vivre dans sa famille d’accueil peut vivre le début d’une nouvelle vie chez son père ? Comment un homme que le deuil a empêché d’être père va apprendre à vivre avec un jeune garçon ? Mais surtout, comment Anna & sa famille vont vivre cette séparation qu’ils & elles ne pensaient plus arriver ?

Entre apprentissage de la paternité, séparation avec la famille d’accueil & deuil d’un fils de cœur, le film La vraie famille nous plonge dans un raz-de-marée d’émotions.

Transition sonore

Ce film n’est pourtant pas à savourer qu’avec le cœur : notre cerveau s’invite à la projection pour réfléchir à quelques sujets importants que soulève cette histoire. Comment faire un film sur les enfants placés sans parler des difficultés de ces placements ? Comment mettre en scène une famille d’accueil sans montrer leur quotidien ? Impossible me direz-vous. Alors il est aussi impossible pour moi de faire ce podcast sans vous en parler rien qu’un tout petit peu. Mettons de côté deux minutes les décors magnifiques & le jeu d’acteur d’une justesse incroyable pour se pencher sur les réalités du terrain que l’histoire de Simon révèle.

Avant même de parler du retour de Simon chez son père, Fabien Gorgeart dresse le portrait d’une vie harmonieuse dans cette famille d’accueil. Elle est pourtant compliquée à gérer sur bien des aspects. Simon est sous la responsabilité d’Anna & bien qu’il vive au même rythme que ses enfants biologiques, il ne peut pas faire les mêmes activités. Perçues comme dangereuses, ces activités dont Simon est uniquement spectateur, comme c’est le cas pour l’accrobranche, révèlent un traitement inégalitaire entre les enfants d’une même famille. Les mots de l’enfant sont alors criants de vérité : « je ne peux jamais faire de trucs drôles.”

Au-delà des activités qu’il pratique ou non pour sa sécurité, Fabien Gorgeart laisse une grande place dans son film aux traditions familiales. En effet, durant son placement dans la famille d’Anna, Simon n’est pas totalement coupée de sa famille biologique : sans parler des permanences de journée, sa famille continue à avoir un impact dans son quotidien comme c’est le cas avec la religion. Entre messe du dimanche & de Noël ou encore prière quotidienne, cet aspect de la vie de Simon représente un grand enjeu du placement des enfants : quelle place pour les traditions familiales d’origine ? 

Transition sonore

Après avoir dressé le portrait d’un quotidien mi-harmonieux & mi-chaotique en famille d’accueil, Fabien Gorgeart laisse la place au nœud de ce film : le retour de Simon auprès de son père biologique. La réputation de l’Aide Sociale à l’Enfance d’être d’une longueur exceptionnelle lors de ses procédures fait exception quand il s’agit de bouleverser ainsi le quotidien d’une famille d’accueil qui a trouvé son équilibre. Ainsi, presque du jour au lendemain, se succèdent les droits de sortie & d’hébergement à la journée, pour un week-end puis pour les vacances. Sans aucune consultation de Anna, l’assistante familiale, quant à la demande de retour en famille, les mesures se mettent en place avec des parents pas rassurés & des enfants pas prêts. Ce processus de réadaptation à la famille est déchirant tant pour Simon que pour Anna & ses enfants, les répliques le disent d’elles-mêmes : « on ne peut pas tout lui enlever du jour au lendemain. » L’impression pour Simon d’appartenir à deux familles distinctes est d’un déchirement constant & demande des sacrifices permanents, notamment pour la célébration des fêtes ou pour l’organisation des vacances. On se retrouve finalement devant une garde partagée entre deux familles qui se disputent la vie d’un enfant. Ce n’est pourtant pas lui qui choisira mais bien l’administration de l’Aide Sociale à l’Enfance, sans cohérence aucune avec la réalité du terrain.

Transition sonore

Au cours du processus de retour en famille d’origine, l’enfant est ballotté au gré des décisions juridiques. Quant à elle, la famille d’accueil est ramenée à son rôle initial : accueillir un enfant pendant une durée indéterminée & participer à son développement sans pour autant n’y mettre aucun affect. C’est ainsi que Fabien Gorgeart met en lumière le fossé qui existe entre travail & affect. Comment ne pas créer d’affect quand un enfant est placé pendant 5 ans dans une même famille ? Comment éviter que les sentiments n’empiètent sur le travail quand un petit être compte sur vous pour construire les bases de son existence ? Comment dissocier travail & affect lorsque les familles d’accueils sont la seule réalité qu’un enfant connaît ? Est-ce qu’il faut restreindre le temps d’un enfant dans une famille d’accueil ? Est-ce qu’il faut créer des CDD façon famille d’accueil & ainsi fragiliser davantage le peu de représentation familiale qu’ont ces enfants ? Est-ce qu’il faut mettre en place une échelle d’affect plus ou moins acceptable en tant que famille d’accueil & déplacer l’enfant quand la limite est atteinte ?

La réalité est là : quand un enfant est placé dans une famille d’accueil, tout le monde s’attache, au-delà du travail, ce sont des émotions, des sentiments. Le départ d’un enfant accueilli est ainsi perçu comme un adieu injuste. L’arrivée d’autres enfants placés est ressentie comme un remplacement déloyal du précédent. Il s’agit de délaisser cet affect, d’accepter de revoir ce placement comme une situation temporaire, & se joindre à l’objectif commun : le retour de l’enfant dans son foyer d’origine.

Être assistant familial est un travail demandant une implication hors-norme : celle de soi mais aussi de tous les membres de son foyer. Le film La vraie famille le montre par lui-même : les enfants de la famille sont aussi impliqués dans le rôle de famille d’accueil, jusqu’à parfois considérer qu’ils sont la famille de l’enfant accueilli. Sa vraie famille.

Jingle de fin

C’était Loïs Hamard, pour la critique de La vraie famille, un film de Fabien Gorgeart à retrouver dès ce mercredi 16 février 2022 en salle. Rendez-vous pour 1 heure & 42 minutes d’émotions. De quoi passer un bon moment & sortir de la salle plein de réflexions sur le schéma familial conventionnel & l’avenir des enfants placés en familles d’accueil.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s