Catégories
Out of the closet Podcasts

[Critique] A Good Man, la parentalité trans au cinéma

Le 10 novembre 2021 est sorti en salles le film A Good Man, un film scénarisé, produit et réalisé par Marie-Castille Mention-Schaar. Il s’agit du premier film français sur le sujet de la parentalité des personnes trans. Il a cependant reçu beaucoup de critiques sur les réseaux sociaux, car le personnage principal, Benjamin, un homme trans, est joué par une femme cisgenre. Encore une fois, les acteurs et actrices trans ne sont pas mis.e.s en avant dans les films grand public. J’ai donc décidé d’aller le voir en salles, afin de pouvoir vous donner mon point de vue.

Un podcast animé et réalisé par Jeanne Defert.

Retranscription écrite du podcast

Jingle d’introduction « Behind the society : le podcast »

Jeanne, animatrice :

Aujourd’hui, dans le nouveau podcast de Behind The Society, je vais vous parler du dernier film que j’ai vu au cinéma. Le mercredi 10 novembre 2021 est sorti en salles le film A Good Man, un film produit, scénarisé et réalisé par Marie-Castille Mention-Schaar.

Personnellement, je l’avais remarqué quelques semaines avant sa sortie, et pas forcément sous son bon angle car il a reçu beaucoup de critiques sur Tweeter, notamment en ce qui concerne son actrice principale, une femme cis, Noémie Merlant, qu’on retrouve par exemple dans Portrait de la jeune fille en feu. Mais voilà, le problème c’est que Noémie Merlant, elle joue le rôle d’un homme trans.

En effet, A Good Man, c’est le premier film français qui parle de la parentalité des personnes trans, et en l’occurrence, de Benjamin, un jeune homme trans, en couple avec une femme, Aude, jouée par Soko, qui ne peut pas avoir d’enfant : c’est donc Benjamin qui va décider de le porter. 

Alors, mon avis, sans avoir vu le film, était vraiment partagé : à la fois, c’est l’occasion enfin d’évoquer le parcours de vie des personnes trans et leur parentalité, mais c’est aussi grandement dommage de ne jamais inclure d’acteurs et d’actrices trans dans les films grand public, comme celui-ci qui sort au ciné. J’avais vraiment du mal à me décider sur le sujet alors j’ai décidé d’aller le voir au cinéma, pour pouvoir mieux vous en parler.

Transition musicale 

Le premier lundi après la sortie du film, à 18h05, on est deux dans la salle et c’est parti pour ce film sélectionné par le festival de Cannes 2020. Il faut aussi savoir qu’il a été inspiré de faits réels.

On rentre alors dans la vie quotidienne de Benjamin, infirmier sur une petite île en Bretagne, qui vient de déménager d’Aix en Provence car il ne s’y sentait pas bien.

Alors attention, si vous voulez voir le film j’ai quelques triggers warning à vous annoncer avant : accouchement, grossesse, transphobie et également homophobie.

On voit que Benjamin a une relation un peu conflictuelle avec sa mère, sa famille en général. Et un jour, son frère, qu’il n’a pas vu depuis longtemps, lui rend visite. Benjamin et Aude sont très proches de leur neveu, et on se rend compte qu’ils désirent vraiment avoir un enfant mais qu’Aude se sent très mal de ne pas pouvoir le porter.

On se rend enfin compte lors d’une consultation avec une docteure que Benjamin était en fait en grande réflexion intérieure puisqu’il annonce que c’est lui qui portera l’enfant.

On a beaucoup de flashbacks dans le film qui montre Benjamin avant qu’il ait fait sa transition à son entourage, et qui retrace son histoire avec Aude.

Donc lorsque Benjamin décide de porter leur enfant, Aude considère que c’est un sacrifice, mais Benjamin ne voit pas ça comme ça : c’est leur seule chance d’avoir un enfant et il est prêt à arrêter la testostérone pour l’avoir, sans vraiment savoir comment il va se sentir par rapport à lui et au regard des gens.

Lors d’une consultation avec une docteure, celle ci lui dit que porter un enfant, c’est une action vue comme exclusivement réservée à la femme dans la société.

Extrait du trailer

Mais Benjamin lui répond que : « Non ça ne remet pas en question sa transition. Il n’est pas moins un homme parce qu’il a un utérus et c’est parce qu’il se sent bien en tant que Benjamin qu’il est prêt à avoir un enfant. »

On suit donc le parcours de leur PMA, les rendez vous etc., et tout ça se passe à Bruxelles car je vous rappelle que la loi française interdit aux hommes trans de porter un enfant s’ils ont changé leur état civil.

Le problème pour Benjamin, c’est qu’arrêter la testostérone laisse à nouveau la place aux hormones féminines naturelles, ce qui s’annonce compliqué à gérer pour lui. C’est donc un parcours très compliqué qui se dessine.

Et je vais m’arrêter là pour le résumé pour vous laisser la possibilité de découvrir le film par vous même.

Transition musicale

Au final, mon avis sur le film est assez mitigé, même en sortant de la salle, je ne savais pas trop quoi en penser.

Le film est émouvant, surtout les 20 dernières minutes, je ne vais pas vous mentir, mais je vous avoue que j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, notamment du fait que Benjamin, le personnage principal soit joué par une femme cis.

Du coup, je suis allée m’informer sur Twitter, où beaucoup de personnes ont décidé de boycotter le film du fait de, encore une fois, le choix de l’actrice. Mais j’ai également trouvé les tweets d’une personne faisant partie du collectif Représentrans, un collectif qui recense les acteurs et actrices trans, et donc cette personne a pu discuter avec la réalisatrice sur son choix d’acteur. Je cite ses tweets :

L’équipe du film a rencontré des membres de Représentrans. On a longuement parlé, plusieurs hommes trans ont eu des longs entretiens avec la réalisatrice, zr ils ont fait des retours sur le scénario.
Pour ce qui est de l’actorat, il suffit de chercher sur Twitter pour savoir qu’un directeur de casting cis qui a des liens avec la commu a refusé de bosser sur le film et a donc fermé une porte très importante qui aurait permis à plus d’acteurs trans de passer le casting.
Des acteurs trans ont refusé le rôle parce qu’il y avait des scènes pré transition.
Lors de la séance Représentrans, la réalisatrice a expliqué ce choix : elle pense ces scènes nécessaires pour que le public cis comprenne le chemin de Benjamin comme celui du couple. Acceptable ou non, c’est à chacun de juger. 

Mon avis final est donc assez partagé, je pense que le mieux c’est que vous alliez le voir par vous même car ce film n’a pas que des points négatifs : au delà de la grossesse et de la transidentité, c’est un très beau film pour les relations amicales et familiales, en plus de ça, les paysages sont très beaux puisque ça a été tourné sur l’île de Groix en Bretagne. Petit bonus aussi pour la bande son qui est assez cool.

Liens utiles et ressources

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s